Le BDE de l’ESLSCA, confiné mais plus actif que jamais

Confiné mais toujours hyperactif, le BDE (Bureau Des Élèves) de l’ESLSCA imagine de nouvelles façons d’animer la vie des étudiants et de créer du lien. Plus de voyages ou de soirées inoubliables, mais des jeux et discussions en ligne, et même un premier « live » organisé samedi 25 pour relayer des informations concernant les partiels, ou la rentrée prochaine. Jérémy Gauriat et Alexandre Lassery, Président et Vice-Président du BDE, nous dressent le portrait du « BDE 2.0 » ! 

 

Quel est le rôle du BDE dans une école comme l’ESLSCA ? 

Jérémy Gauriat : Il a pour vocation de réunir les étudiants, les divertir, créer du lien entre eux et les aider à se constituer un réseau au-delà de l’école… Cela commence dès la rentrée avec le WEI (week-end d’intégration), puis avec des soirées et des évènements, des réductions négociées auprès de restaurants ou boites de nuits… Parallèlement le Bureau des Sports et le Bureau de la Vie Internationale se concentrent sur des missions plus spécifiques, la vie sportive ou les liens avec les étudiants étrangers. 

 

Le confinement n’a-t-il pas supprimé la raison d’être du BDE ? 

J.G. : L’annonce du confinement a été brutale pour le BDE car de nombreux évènements, sur lesquels nous avions beaucoup travaillé comme des voyages, séminaires ou animations, ont été annulés. Mais très vite, nous avons décidé de continuer à créer du lien, mais en ligne ! Nous préparons un tournoi de poker en ligne, des challenges vont arriver…  
En étroite liaison avec la direction de l’ESLSCA, nous voulons aussi relayer des informations concernant l’école. Ainsi le samedi 25 avril, nous avons organisé un « live » sur les réseaux sociaux pour donner des informations sur le déroulement des partiels, la fin de l’année, l’organisation de la rentrée prochaine… 

Alexandre Lassery : En période de confinement, le BDE cherche à divertir, mais aussi à soutenir. Les étudiants ont besoin d’échanges, de partage. Alors si nos projets peuvent sembler moins ambitieux, alors que des compétitions de jeux vidéos ou des discussions en ligne remplacent les voyages et évènements, ils sont plus importants que jamais ! D’ailleurs la direction de l’école est à nos côtés et nous soutient : elle est en train de réfléchir à mettre à la disposition du BDE une « salle de classe » virtuelle sur BlackBoard, la plateforme utilisée pour les cours en ligne. Cela donnerait plus de visibilité encore au BDE, pour toucher les étudiants. 

 

Le « live » inédit du BDE s’est déroulé sur Instagram samedi 25 avril. A-t-il rassemblé beaucoup d’étudiants ? 

J.G. : Près de 170 étudiants – mais aussi des futurs étudiants qui nous rejoindrons en septembre – se sont connectés plus ou moins longtemps lors du live, qui a duré plus d’une heure ½. Beaucoup cherchaient avant tout des informations sur le déroulement des examens ou sur la prochaine rentrée. Des étudiants étrangers voulaient simplement savoir comment nous vivions, en France, le confinement. Et si certaines personnes semblaient assez anxieuses, avoir plus de visibilité, grâce aux informations concrètes transmises par la direction de l’école, les a rassurés. J’espère que notre bonne humeur a aussi été communicative. 

Nous avons bien sûr profité de l’occasion pour annoncer les prochains évènements en ligne du BDE. Aucune date n’est encore fixée, mais nous invitons tous nos camarades à consulter régulièrement les pages Facebook ou Instagram du BDE, où nous mettrons les informations dès qu’elles seront disponibles. Les principales annonces du live seront aussi résumées sur les réseaux sociaux dans les jours à venir : il faut rester connecté ! 

 

Avec la fin de l’année scolaire, le BDE va s’éteindre ? 

J.G. : Pas du tout, car nous avons décidé de poursuivre nos actions, en ligne, tout l’été. D‘abord pour accompagner les étudiants, et ensuite parce ce que ces derniers mois nous nous étions démenés pour redonner de l’élan au BDE, peu actif depuis quelques années. Nous voulons rassembler, attirer plus d’étudiants encore, susciter des vocations pour permettre au prochain BDE élu de repartir sur la base d’une association dynamique et fédératrice. 

A.L. : Ce sera peut-être au contraire le moment de réfléchir à l’avenir du BDE, qui peut jouer un rôle clé auprès des étudiants. Et pourquoi pas inclure le BDE et l’organisation de ses projets à l’enseignement de l’ESLSCA par exemple ?