RSE : comment améliorer sa notation extra-financière ?

Apparue dans les années 2000, la notation extra-financière n’a cessé de gagner en importance stratégique pour les entreprises, à mesure que les investissements comme les attributions de marchés y ont été conditionnés. Améliorer la notation extra-financière est depuis devenu essentiel ! Explications. 

 

Chiffre d’affaires, bénéfice, EBE, capacité de financement… Si ces critères d’évaluation des performances d’une entreprise sont au cœur des mécanismes de notation, ils ne suffisent plus ! Les agences de notation extra-financière ne se contentent plus d’évaluer la solvabilité d’un agent économique mais s’intéressent aux comportements, mécaniques et engagements sociaux et environnementaux, replaçant la stratégie RSE au cœur du débat.

 

Outil de communication, alibi sociétal ou culture de la bonne conscience ? Détrompez-vous ! La notation extra-financière revêt un caractère stratégique dans bien des cas de figure. Obtention de marchés publics, accès aux fonds ISR (Investissement Socialement Responsable), la notation extra-financière est capitale !

 

Comprendre les arcanes de la notation extra-financière

 

Pour améliorer la notation extra-financière, encore faut-il comprendre comment les notes sont attribuées. Les agences spécialisées concentrent leurs analyses sur le comportement de l’entreprise vis-à-vis de l’environnement (comme la façon dont les déchets sont recyclés par exemple, ou les efforts consentis en matière de maîtrise de la facture énergétique), mais aussi par rapport aux valeurs sociales et l’engagement sociétal (comme le soutien à des associations par exemple à ou encore la gouvernance de l’entreprise).

 

Chaque domaine analysé est évalué selon différents critères d’innovation, de transparence ou encore de communication. L’ensemble de ces variables combinées permettent d’obtenir une note pondérée qui soit le reflet de l’attitude globale de l’entreprise par rapport aux enjeux sociétaux et environnementaux.

 

Des leviers à actionner !

 

Certaines actions simples peuvent contribuer à améliorer votre notation extra-financière, à commencer par la mise en place d’une véritable stratégie de collecte et recyclage de déchets liés à l’activité de l’entreprise. Mais attention ! Pour que la démarche soit convaincante, elle doit être documentée, précise, chiffrée. Le principe même de la notation extra-financière, c’est non seulement la transparence, mais surtout le pragmatisme. Toute démarche entreprise doit pouvoir donner lieu à des KPI qui pourront être suivis et justifiés.

 

S’engager dans une démarche responsable, c’est aussi avoir une certaine cohérence entre les pratiques de l’entreprise et les valeurs qu’elle revendique. A titre d’exemple, La Redoute dans le cadre de sa stratégie RSE a décidé de ne commercialiser que des meubles fabriqués avec du bois certifié FSC. Pour son rayon textile, le VPCiste a rejoint l’initiative Better Cotton qui garantit que l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement est respectueux de l’environnement… Le sourcing produit « responsable » est un levier phare pour améliorer la notation extra-financière d’une entreprise. La gouvernance de l’entreprise, la politique RH, le souci de la place de la femme dans l’entreprise et dans la société, mais aussi le désir de s’impliquer dans les territoires de manière pragmatique est également déterminant. Un acteur du retail qui mettrait ses invendus à la disposition d’associations caritatives ou organiserait des ventes spécifiques de ces invendus dont les profits seraient intégralement reversés à des associations, contribue à doper la note extra-financière. Pragmatisme, sincérité et rigueur dans le suivi de la démarche, trois éléments clés pour que vos engagements soient vraiment reconnus et valorisés !

 

 

Vous êtes intéressé.e par la RSE ?

Renseignez-vous sur notre MBA RSE et développement durable