Comment la Supply Chain s’est réinventée face à l’explosion du e-commerce ?

ecommercefb.jpg

Plus que jamais ancré dans le quotidien et les habitudes de consommation des Français, le e-commerce a connu une nette progression en 2020 avec la Covid-19. Un essor non sans conséquences pour l’industrie de la logistique, obligée de s’adapter dans un monde en pleine mutation.

 

L’essor de la vente en ligne mis en exergue par la crise sanitaire mondiale

 

Au 3e trimestre 2020, les ventes en ligne ont connu une progression de +8,1% par rapport à l’année dernière. Soit l’équivalent de plus de 450 millions de transactions pour un chiffre d’affaires de 26,6 milliards d’euros !

 

- L’alimentaire : +36%

- Beauté et santé (notamment parapharmacie) : + 31%

- Mode : + 17% Tandis que les ventes de voyages en ligne ont chuté sans surprise de 40%.

 

Une croissance sans surprise due à la crise sanitaire, qui a totalement redistribué les cartes du e-commerce avec l’essor notamment des enseignes magasins, commerçants et artisans qui ont su prendre le virage numérique utilisant internet dans une dynamique de vente omnicanale (+29%). Pour l’année entière 2020 le secteur du e-commerce devrait ainsi atteindre 110 milliards d’euros, tous produits et services confondus !

 

Une Supply Chain en souffrance en quête de résilience

 

Avec près de 40 millions de consommateurs qui achètent sur internet en France (8 internautes sur 10), ce sont autant de colis qu’il faut acheminer et qui représentent plusieurs milliers de déplacements/jour aux quatre coins du pays. Le tout dans un contexte de crise sanitaire et de fermetures des frontières mondiales venus bousculer l’ordre établi basé sur des chaînes logistiques complexes et des fournisseurs éloignés les uns des autres. Pour faire face, les acteurs du secteur de la Supply Chain ont dû repenser leur stratégie, leurs processus d’acheminement mais aussi revoir en profondeur leur cœur de métier pour être en mesure de répondre à la demande. Les enjeux sont nombreux poussant vers toujours plus de performance :

 

- Livrer de façon express. Les consommateurs attendent d’être livrés le plus rapidement possible. On le voit avec le succès d’Amazon Prime et sa livraison sous 24h et même le dimanche ou encore le développement des retraits de commande dans l’heure.

 

- Diversifier et augmenter le nombre de fournisseurs pour assurer la résistance de la Supply Chain en toutes circonstances.

 

- Stocker plus et plus près des consommateurs. Les professionnels de la Supply Chain ont besoin d’espaces logistiques au plus près des villes pour être réactifs et le marché de l’immobilier de stockage est en plein boom !

 

- Revoir la logistique du dernier kilomètre qui reste la plus coûteuse (20% du coût total de la chaîne) mais aussi la plus polluante nécessitant le développement d’alternatives économiques et écologiques (véhicules propres, véhicules-cargo, drones…) .

 

- Digitaliser les processus pour gagner en efficacité. Technologies mobiles pour aider les préparateurs à traiter rapidement les commandes, utilisation de l’intelligence artificielle et de modèles prédictifs pour prévisualiser, gérer les stocks et éviter les ruptures….

 

Selon la FEVAD, le secteur de la livraison a gagné deux années de développement en l’espace de quelques mois seulement ! Une transformation dans l’urgence qui doit désormais laisser place à la pérennisation des processus et à la maîtrise des coûts pour une Supply Chain agile, adaptable et résiliente.

Des enjeux majeurs pour un secteur porteur qui sont au centre de notre MBA Logistique et Management de la Supply Chain. Une formation complète aux nombreux débouchés professionnels qui a à cœur de former de jeunes professionnels de la logistique à la fois compétents, cultivés et ouverts sur le monde.

Ces articles peuvent vous intéresser

Contrefaçon dans le Luxe : Comment y remédier ?

Dernier kilomètre : vers ou vert le client ?

Interview Laura Salin – Alumni ESLSCA Promo 2003