Interview Laura Salin – Alumni ESLSCA Promo 2003

photo-profil-laura.jpg

 

« Et toi, c’était comment quand t’étais étudiant ? » ! Pour y répondre, rencontre avec Laura Salin, ancienne étudiante eskasienne et directrice de l’agence de stratégie social media #NoComment. Elle nous raconte ses années d’études et partage ses meilleurs souvenirs.

 

1. Laura, peux-tu nous parler un peu de ton parcours ?

 

Après l’équivalent d’un Master 2 à l’ESLSCA option Management Organisation & Conseil, j’ai débuté ma carrière sur un poste de commerciale chez un grossiste informatique, puis j’ai intégré le groupe UP, d’abord au sein du service communication et suis devenue par la suite directrice marketing digital. Il y a 3 ans, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure entrepreneuriale avec la création de mon agence spécialisée dans la stratégie social media B2B, #NoComment.

 

2. Pourquoi avoir choisi l’ESLSCA pour te former ? Comment as-tu connu l’école et qu’est-ce qui t’a séduit à l’époque ?

 

Contrairement à beaucoup d’autres étudiants d’école de commerce à l’époque, je n’ai pas fait une prépa école de commerce avant d’intégrer l’ESLSCA mais un BTS Action Commerciale. Suite à cela, je souhaitais continuer mes études pour profiter des meilleures opportunités d’emploi.

L’ESLSCA s’est vite imposée à moi pour deux raisons principales :

 

- Le carnet d’adresses et les opportunités professionnelles offerts par l’école. A l’époque déjà, le réseau d’anciens était très actif avec des Alumnis qui occupaient des postes prestigieux. Cela faisait rêver !

 

- L’accueil que j’ai reçu au moment des admissions par les étudiants de l’ESLSCA. Ils m’ont expliqué comment se passait les cours, mais aussi les dessous de l’école et sa vie associative. J’ai de suite senti une véritable solidarité, une bienveillance entre les étudiants mais aussi qu’il y avait une sacrée ambiance dans les promos !

 

J’ai ainsi postulé et passé les oraux de l’ESLSCA.

 

3. Justement, ton oral d’admission ? Quel a été ton discours pour être acceptée ?

 

Quand j’ai passé l’entretien, je revenais de 6 mois à Dublin où je cumulais études et travail dans la gestion administrative et commerciale d’un grand hôtel. J’étais donc totalement fluent – ce qui a impressionné le professeur d’anglais qui faisait partie du jury ce jour-là – tout en disposant d’une première expérience dans le monde du travail à l’international. Mon ambition de poursuivre mes études après mon BTS et de m’ouvrir à de nouveaux horizons professionnels ont du également séduire le jury.

 

4. Te souviens-tu de ton tout premier jour à l’ESLSCA ? Quelles impressions en gardes-tu ?

 

Je me rappelle avoir été très impressionnée ! Nous étions une grande promo d’environ 200 étudiants, tous en amphi. A l’époque, à la fin des cours des nouveaux étudiants devaient se présenter à tour de rôle, sur l’estrade devant toute la promo et j’ai été parmi les premières à se prêter à l’exercice. J’ai été mise dans le bain d’office.

 

5. Comment s’est passée ta semaine d’intégration ? Y a-t-il des rituels, des traditions pour accueillir les nouveaux eskasiens ?

 

Que de souvenirs…. Durant cette première semaine, nous avons presque vécu 24/24, 7j/7 ensemble. Je me rappelle de nombreux rituels autour des chants de l’école, d’une grande participation des 3e années et des Alumnis qui organisaient des pots après les cours chaque soir, avec comme bouquet final, le week-end d’intégration dans un grand gîte près de Paris. De quoi créer de véritables liens et une cohésion dans ma promotion.

D’ailleurs, les amis que je me suis faits durant cette semaine font toujours partie de mon cercle amical à l’heure actuelle.

 

6. Quelle matière n’existait pas à l’époque et t’aurait été utile dans la vie professionnelle actuelle ?

 

Incontestablement le digital. A mon époque, de tels cours n’existaient nulle part puisque internet n’en était qu’à ses balbutiements. Pourtant, j’ai réalisé toute ma carrière dans ce milieu en apprenant sur le tas et en suivant des formations complémentaires.

 

7. Quel est LE truc que tu as appris à l’ESLSCA et qui te sert encore maintenant au quotidien ?

 

La gestion de projet, grâce aux nombreuses études de cas réalisées durant mes 3 années d’études. Également, les cours sur la communication non-verbale qui m’ont beaucoup appris et m’aident encore aujourd’hui lors de négociations commerciales.

 

8. Ta matière préférée ? Et à l’inverse, celle que tu redoutais à tout prix ?

 

Comme beaucoup, les cours de contrôle de gestion & de comptabilité n’étaient pas ma tasse de thé. Je n’avais pas vraiment de matière préférée mais ce qui me plaisait le plus, était les nombreuses études de cas à réaliser en groupe. Une mise en situation qui nous permettait d’avoir un aperçu du monde professionnel et de mettre en pratique nos connaissances théoriques.

 

9. Et les stages, comment ça se déroulait à ton époque ?

 

Chaque année, nous devions effectuer un stage court de quelques mois pour accumuler de l’expérience professionnelle. La dernière année, nous avions un stage plus long à effectuer pour clore nos études.

 

10. Comment s'est passé la recherche de ton premier job ?

 

Dans mon cas, ce fut plutôt facile puisque mon stage de fin d’études dans une agence de marketing opérationnel s’est prolongé en CDD. A la fin de ce contrat, j’ai mis quelques mois à retrouver un nouveau poste dans une entreprise spécialisée dans le B2B. Le 1e d’une longue carrière dans ce secteur.

 

11. Parlons un peu de ta vie à l’école. Quel était ton rythme de vie à l’époque ? Avais-tu un job étudiant en parallèle ?

 

Durant mes 3 années à l’ESLSCA, j’ai toujours cumulé les cours avec un job étudiant le soir, les week-ends et pendant les vacances scolaires. Un sacré emploi du temps !

 

12. La vie associative et le BDE ça donnait quoi au début des années 2000 ?

 

Durant mes études, j’ai créé l’association SK’TV dont j’étais la présidente. On filmait ainsi tous les grands événements de l’école (soirées, événements sportifs…) et montait des reportages. J’étais également membre du BDE lors de ma 2e année. On organisait les soirées étudiantes évidemment mais aussi les rencontres avec les professionnels. Nous étions aussi en charge de la création de l’annuaire de l’école, ce qui était un sacré travail !

 

13. Les écoles de commerce ont la réputation d’organiser les meilleures soirées étudiantes ! Info ou Intox ?

 

Info totale !

Les soirées en école de commerce n’ont pas volé leur réputation. A l’ESLSCA, la soirée la plus connue reste La Nuit de l’Oreiller qui rassemble toutes les écoles de commerce de Paris, soit près de 4 000 étudiants. Ambiance garantie !

 

14. Revois-tu encore des camarades de promo ? As-tu encore le lien avec les anciens Alumnis ?

 

Mon cercle d’amis compte bon nombre d’anciens de l’école. Le père de ma fille est d’ailleurs un aussi un ancien eskasien !

D’un point de vue plus formel, étant membre de l’association des Alumnis, j’ai bon nombre de contacts professionnels avec les membres du réseau. Je reste donc encore très investie et attachée à l’école.

 

15. Ton meilleur souvenir ?

 

Avec un groupe d’amis de promo, lors de notre 3e année d’études, nous avons participé à un Serious Game organisé par KPMG sur la création d’entreprise. Toutes les écoles de commerce de France étaient en lice ! Nous avons fini 1e sur le secteur de Paris et avons été jusqu’en final d’Île-de-France.

 

16. C’était quoi l’actu en France quand tu es entrée à l’ESLSCA ? Avec le recul, quel regard portes-tu sur cette époque ?

 

J’ai intégré l’ESLSCA en 1999-2000. Le bug de l’an 2 000 et le passage à l’Euro étaient sur toutes les lèvres ! Tous ces changements étaient à la fois impressionnants et excitants. Nous avions l’impression de participer au changement du monde.

L’année suivante, les attentats du 11 septembre nous ont évidemment énormément marqué et touché.

 

17. Qu’est-ce qui a changé d’après toi dans la vie étudiante de l’époque par rapport à maintenant ?

 

Les matières et thématiques enseignés ne sont plus du tout les mêmes. Avec un monde en perpétuelle mutation et digitalisation, les besoins des entreprises évoluent – les programmes de l’ESLSCA suivent donc cette tendance de près.

La façon d’aborder l’enseignement aussi a radicalement changé. A mon époque, le présentiel était obligatoire tandis que maintenant, le distanciel se démocratise et offre de nombreuses opportunités. Avec l’année que nous venons de vivre, c’est encore plus flagrant.

 

18. Un conseil à donner aux futurs étudiants ESLSCA ?

 

Profitez pleinement de ces années d’études et de tout ce qu’elles peuvent vous apporter ! Engrangez le plus de connaissances possibles, profitez de la vie étudiante pour vous amuser mais aussi créer des contacts qui pourront vous servir à l’avenir. Pour finir, si vous avez l’occasion de partir à l’étranger grâce aux programmes d’échange, foncez ! Cela reste mon plus grand regret.

Ces articles peuvent vous intéresser