MBA SpécialiséBig Data Management et Processus Décisionnel

Octobre
Formation initiale
A partir d un Bac+4
Français
12 000€

PRÉSENTATION
du MBA Big Data Management et Processus Décisionnel

L’émergence des nouvelles technologies de l’information et de la communication mettent la donnée au centre des décisions et font de cette dernière le catalyseur de la révolution numérique.

 

L’arrivée du numérique dans le monde de l’entreprise a en effet bouleversé les codes et les schémas traditionnels. La puissance de calcul offerte aujourd’hui, alliée à la haute disponibilité des canaux de communication électroniques, impacte et continuera d’impacter ce monde. En conséquence, l’émergence de ces nouvelles technologies open source et la diversité de l’offre technique complexifient le lien entre la technologie et le besoin fonctionnel.

 

De véritables métiers émergent liés à cette nouvelle économie numérique et de nouvelles perspectives s’ouvrent pour les entreprises qui souhaitent tirer profit de l’énorme quantité de données qui nous entourent quotidiennement et collectées de manière intensive. La valorisation de ces données brutes et multiformes est aujourd’hui au cœur des stratégies des entreprises et constituer une expertise et une aide à la décision dans ces domaines devient de fait une compétence très recherchée.

 

Cette situation a conduit à ce que de nouveaux métiers complémentaires ont vu le jour tel que les data scientists, les devops ou encore les chief data officers (CDO). Ces CDO ont pour rôle la gestion des données en tant qu’actif stratégique pour le compte de leurs entreprises. Cette tâche peut se révéler d’autant plus importante qu’elle peut être source de tensions au niveau de la gouvernance de l’entreprise, puisqu’elle requiert parfois de bousculer certaines habitudes.

En effet, la conversion d’une organisation au numérique implique un nouveau mode de fonctionnement, plus agile, plus réactif et plus créatif, caractérisé par l’évolution constante du modèle économique en fonction des conditions de marché, mais également des connaissances tirées de l’analyse des données sur les clients, voire sur les collaborateurs.

Un exemple donne la mesure du changement de paradigme : en 2013 WhatsApp représente 55 salariés, 4 ans d'existence, une valeur de 22Mds de $.  Peugeot représente 150 000 salariés, 120 ans d'existence et une valeur de 12Mds de $.

 

La formation proposée ici sera à la jonction de plusieurs champs disciplinaires en relation directe et indirecte avec la donnée. L’objectif est de former les apprenants à une double compétence qui allie à la fois l’acquisition des principes clés, techniques et scientifiques, et les aspects liés au business. Ainsi, les apprenants devront être capable de comprendre et d’utiliser les outils d’analyse mathématique, d’estimation statistique, de prédiction et d’apprentissage des environnements adaptés aux problématiques modernes, au cœur de l’entreprise 2.0, touchant des secteurs clés comme le marketing, l’actuariat, les finances et qui se déclinent à travers la construction d’algorithmes novateurs programmés dans des langages informatiques performants.

 

Leur maîtrise apportera aux apprenants des compétences très recherchées aujourd’hui ainsi qu’une visibilité sur le marché du travail en tant que « Chief Data Officer », capables à la fois d’interfacer le technique avec le décisionnel, d’automatiser la collecte de données et de procéder à leur analyse en s’aidant d’outils issus du machine learning, des données issues du web ainsi que les technologies du Big Data. Ces CDO assument une fonction transversale afin d’acquérir la meilleure connaissance de leur entreprise, qu’elle soit de services, de process, de métiers ou d’enjeux business. Ils sont donc au cœur des sujets. Cela dans un objectif d’être capable de proposer des solutions et des services sur-mesure avec une vue centrée sur le client.

 

 

Objectifs de la formation :

 

Cette formation innovante a pour objectif de former aux spécificités de postes liés au Big Data, comme dans le cas de CDO (Chief Data Officier), avec une vision regroupant les points ci-dessous :

  • Vue transverse : Etre capable d’avoir une vue globale des priorités et des stratégies, centrée sur la donnée. Les compétences acquises vont permettre d’être capable de discuter avec les différents maillons de la chaîne de traitement dans l’objectif de produire une vision abstraite orientée business.
  • Implémentation : Pouvoir contrôler la mise en application des stratégies choisies. Ce contrôle concerne les différentes strates qui vont de la genèse de l’idée jusqu’à sa mise en oeuvre.
  • Intégrité, confidentialité et sécurité de la donnée : Etre le garant de l’intégrité, la confidentialité et la sécurité de la donnée tout au long de la chaîne de traitement ainsi que le respect des normes et des lois en vigueur.
  • Identifier les opportunités : Permettre d’identifier des nouvelles opportunités de marché et d’accroître ainsi le périmètre d’action de l’entreprise et de monétiser l’usage de la donnée.
  • Pilotage orienté donnée : Amener une transformation digitale des plateformes applicatives de l’entreprise vers des nouvelles approches centrées sur la donnée.

 

En résumé, il s’agit ici d’une formation innovante permettant de former des experts et des spécialistes en analyse de données, au cœur de la nouvelle économie numérique, permettant de traiter les problématiques d’entreprises liées au big data : marketing, actuariat et finance.

 

Cette formation permet aux apprenants d’accéder à une large palette de métiers avec des responsabilités pointues, comme dans le cas de CDO, aussi bien dans les entreprises privées (PME et grandes entreprises) que dans les entreprises publiques, opérant dans presque tous les secteurs d’activité (banque, assurances, études et conseil, télécommunications, distribution…). Les responsabilités qui sont les siennes en matière de qualité et de cohérence des données se situent à la rencontre de différentes fonctions : contrôleur de gestion, directeur informatique (DSI), responsables des activités opérationnelles et des fonctions supports.

 

 

A qui s’adresse la formation :

 

Le public visé est celui de professionnels ou d’étudiants issus de cursus tertiaires  (liés à la gestion et/ou à l’économie) ou secondaires (liés au technique et/ou au scientifique) souhaitant acquérir un véritable savoir-faire opérationnel des techniques statistiques, des outils informatiques et d’aide à la décision et des méthodes d’apprentissage automatique (Machine Learning) associées, nécessaires au traitement et à l’analyse des données et de la sémantique sous-jacente.

 

 

 

PROGRAMME
Data Management

Le MBA Big-Data et processus décisionnel est composé de trois corpus et d'un réseau  :

Le corpus théorique est le socle de connaissances et de culture générale qui permet d'inscrire dans une perspective critique et documentée les innovations et bouleversements des trente dernières années. La cartographie des pouvoirs émergents étudiée ici a pour objectif de dégager les axes stratégiques des prochaines années.

 

Le corpus technique permet de manipuler les concepts en liens avec les outils : web, bases de données, Cloud et data-flow, Business-intelligence, marketing prédictif, blockchain, dark-web, environnement légal et réglementaire et feuilles de routes européennes.

 

Le corpus pratique repose d'abord sur la création de l'identité numérique de chaque participant. Le premier exercice consiste à réaliser un site web personnel. Le site web expose les travaux et réalisations, publications, essais, business-plan, projets, inscrits dans le portofolio numérique personnel au fur et à mesure de l'avancement du MBA sous la conduite de nos spécialistes.

 

Le Réseau est à lui seul aussi important que les corpus. Le MBA Big-Data et processus décisionnel s'inscrit au sein d'un vaste réseau professionnel : entreprises, start-up, institutions, clubs et associations professionnels sont présents tout au long des deux trimestres du MBA.

 

CORPUS THEORIQUE

- Théorie générale de la transition numérique. Histoire et observation de l'innovation numérique. Etude des ruptures, du déploiement des moyens, de l'apparition des outils, de la recomposition des pouvoirs. Lean management et recherche de l'optimisation opérationnelle.

- Cartographie des pouvoirs émergents. Nouvelles souverainetés immatérielles. Disruption des fonctions régaliennes. Transformation des économies de la santé, de la sécurité, du bien commun. 

Modeliser l'entreprise 2.0. Les fonctions Direction, Stratégie, Finance, Commercial, Marketing, Communication, Logistique, Administration, Juridique, sont passées au tamis digital. 

-La pratique et l'accomplissement dans un cadre opérationnel 2.0. Rupture des schémas séculaires. Virtualité de l'unité de lieu, de temps et d'action. Les conditions de l'efficacité et de la performance : work-flow et chemin critique. 

- Le financement de l'économie numérique. les fondamentaux du financement 2.0. Le business-plan, les relations avec les investisseurs et business-angels. Le modèle financier de la start-up et les modalités d'investissements dits du « premier tour ». Stratégie capitalistique, création, early-stage, développement, IPO (Initial Public Offer). Le crowdfunding, ou financement participatif. 

-L'expression de valeur. Valeur financière, valeur d'usage, valeur sociale, valeur éthique. 

 

CORPUS TECHNIQUE

- Approche du Big-Data avec Google Cloud onboard, Microsoft Cloud et Oracle Cloud learning. 

- programmation : R, Java, Python

- la famille des NoSQL

- Bases de données orientées graphes

- Systèmes répartis, systèmes distribués et traitement des données : Extract, Transform, Load

- Apache

- Cloud RA

- Hortonworks

- Hadoop / YARN, HDFS, MapReduce

- Langage et outils de requêtes sql : Hive, Impala.

- Spark

- Business intelligence ou le management par le Big-Data. 

- Contexte legal et règlementaire du Big-Data. Aux Etats-Unis, en Chine, en Europe. Le cas du RGPD en Europe. Approche technique du RGPD. 

- La blockchain ou base de données distribuée. Le registre numérique mondial des transactions. 

- Le machine-learning. IBM Deep blue, robots, drones et bientot "a chip in the brain ?" Le machine-learning s'efforce de rendre la machine plus performante que l'homme. Jusqu'où ? 

 

CORPUS PRATIQUE

- Identité numérique du manager 2.0. Création d'un site web personnel par chaque participant et maîtrise de CMS. A la fois passeport et lettre de créance 2.0, le site web est la carte de visite qui distingue son titulaire dans le changement qui est a l'oeuvre. 

- WebLab. Le WebLab de l'ESLSCA est le lieu de l'expérimentation et de la R&D. Les acquis techniques sont testés et exposés. Le WebLab est le banc d'essai et la vitrine du MBA. Le WebLab assure des missions et des consultations (modèle junior entreprise ou clinique juridique). 

- Création de start-up / Incubateur. Le directeur du programme et ses collaborateurs proposent d'accompagner les étudiants-entrepreneurs qui souhaitent créer leur activité. L'accompagnement consiste à créer une raison sociale, construire le business-plan, prospecter les financements, introduire le projet dans l'écosystème digital français et européen. 

- Groupe de travail Service public. Innovation et culture colbertiste. L'Etat est le principal donneur d'ordre et le premier employeur du pays. La place, l'enjeu et le rôle du management 2.0 sont actuellement sous-dimensionnés dans la sphère publique. Le MBA entend se rapprocher de la DINSIC https://www.data.gouv.fr/fr/ , Etalab.gouv.fr, des services de l'Etat, centraux, déconcentrés et décentralisés, et des agences publiques dans un esprit prospectif et créatif. 

 

WebLab :

4 exemples d'activités pour le WebLab qui peuvent démarrer dès la rentrée.

 

1) Programme de recherche ESOPe- : European Studies for Open Parliament& e-democracy.

Actions :

- réalisation des outils web pour les groupes d'études parlementaires européens.

- organisation annuelle de la Conférence ESOPe- 2.0.

- Création de l'ESOPe- euroteam, équipe chargée de monter la première conférence.

Ce programme est la continuation d'une initiative engagée avec Patrice Martin-Lalande, député en 2015, président du groupe d'étude " Société Numérique" à l'Assemblée nationale.

 

2) Laboratoire d'essais et de recherche appliquée BdD, Big-Data, Management 2.0

Actions :

- Missions techniques et consultations, benchmarking, outils d'analyses et applications Cloud.

- Junior entreprise et clinique numérique.

- Transition sectorielle pour PME (commercial et marketing, communication et PR, RGPD mutualisé. etc.

 

3 ) RGPD appliqué :

Les initiatives de moteurs de recherche européens "RGPD Inside" sont largement ignorées. Un labo R&D sur le sujet est assuré d'un retentissement important (il faut souligner que le Conseil Constitutionnel a invalidé le 12 Juin le RGPD).

https://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/acces-par-date/decisions-depuis-1959/2018/2018-765-dc/communique-de-presse.151486.html

 

4) Groupe de Travail Services publics.

- offres de service aux directions centrales, déconcentrées, décentralisées, aux agences et institutions publiques. Offres de services à data.gouv.fr et etalab.gouv.fr.

- Créations de maquettes, réalisation de spécifications fonctionnelles,

- Benchmark européen.

La réflexion sur le Big-Data et l'émergence d'acteurs de poids est absente des cercles des pouvoirs publics mais des initiatives vont émerger rapidement. Lorsque ce sera le cas, un groupe de travail déjà formé à l'ESLSCA sur le sujet trouvera sa place dans les nouveaux dispositifs.

 

Activités hors-cours

  • Veille technologique
  • Blog du MBA Big-Data et management de la transition numérique.
  • Participation à IT Night et Disrupt'Night (https://www.disrupt-night.fr/)
  • Suivi des conferences IT à Paris.
  • Accompagnement des projets professionnels des participants

 

 

ÉQUIPE ENSEIGNANTE
du MBA Big Data Managament

Les enseignements sont assurés par des professionnels, eux mêmes confrontés au rythme soutenu de l'innovation et à des obligations de résultats. Ces professionnels animent des réseaux, enrichissent des pratiques, éprouvent des savoirs et documentent des expériences. Ils sont acteurs de la révolution numérique, c'est pourquoi chaque enseignement est pesé au trébuchet de l'expérience et de la pratique, du succès et de l'échec, de la qualité personnelle et de la compétence académique.

 

L'équipe pédagogique et les participants forment une communauté de partage. Pendant deux ans, le travail de chacun, les expériences et les innovations, les revers et les réussites, appartiennent à tous. 

 

Cette communauté invente chaque jour une transition numérique à la mesure de chacun et participe avec ses moyens à l'avènement d'une société nouvelle ; la société de l'information esquissée dans les années 1960 par Marshall McLuhan, dessinée en 2000 par les GAFA et édifiée aujourd'hui par les créateurs de start-up qui sortent de nos écoles et universités.

 

C'est pourquoi la communauté n'est pas la somme des participants mais le produit des talents de chacun.

 

Les échanges et notamment le réseau constituent un pilier des enseignements de l'ESLSCA et sont formalisés selon les usages 2.0. Plate-forme numérique de l'école, sites web pro des participants réalisés en cours, site web des anciens, les outils 2.0 participent de la pédagogie numérique.

 

Cette formalisation des échanges nourrit la business intelligence du MBA et de l'école. A la fois annuaire et réseau social, le site web dédié au MBA doit permettre de construire une base documentaire, un lieu d'échanges, de communication institutionnelle, d'information et de prospection.

 

 

 

DÉBOUCHÉS
en Big Data & Data Science

La formation offre des débouchés dans plusieurs secteurs clés qualifiés de transversaux au sein d’une entreprise. Il s’agit plus précisément de permettre aux futurs diplômés de traduire les besoins fonctionnels et métiers en composants techniques et de proposer en anticipation des composants qui pourront créer de la valeur et conquérir de nouveaux marchés. L’objectif étant celui d’automatiser la collecte des données, de procéder à leur analyse et à leur structuration et d’en extraire l’information utile en temps réel et au bon moment pour la transformer ensuite en valeur ajoutée.

 

A l’aise avec les statistiques, les bases de données, le futur diplômé sera capable de visualiser immédiatement les éléments à exploiter pour être plus en phase avec les besoins de l’entreprise 2.0, saura piloter et mener à bien des projets complexes dans des environnements Big Data, faisant travailler ensemble des experts des différentes disciplines.

 

  • Chargés d’études experts de type Chief Data Officer, au cœur de la nouvelle économie numérique, permettant de traiter les problématiques d’entreprises liées au big data : marketing, actuariat et finance.
  • Large palette de métiers de chargés d’études, aussi bien dans les entreprises privées (PME et grandes entreprises) que dans les entreprises publiques,
  • Secteurs d’activité multiples : banque, assurances, études et conseil, télécommunications, distribution, automobile…

 

 

 

ADMISSIONS
au MBA

Le cursus est ouvert aux professionnels (dans la cadre de formations longue durée) ou aux étudiants issus de cursus tertiaires (liés à la gestion et/ou à l’économie) ou secondaires (liés au technique et/ou au scientifique).

 

La sélection des candidats se fait sur dossier (CV + questionnaire de candidature) suivi d’un entretien de motivation.  

 

Les conditions d’admission sont :

 

  • Master 1 validé ou en cours de validation pour une scolarité sur une année universitaire (programme Master 2)
  • Peuvent également postuler, les cadres d'entreprise dans l’objectif d’acquérir de nouvelles compétences liées au Big Data. L’admissibilité se fera sur analyse du dossier personnel.