Le MBA spécialisé en gestion du patrimoine de l’ESLSCA : former des « multispécialistes »

Dans le monde bancaire, il peut s’appeler conseiller clientèle ou conseiller patrimonial, voire banquier privé. Dans un cabinet indépendant, il s’agit d’un gestionnaire de patrimoine. Un métier aux multiples facettes, riche en contact et exigeant différentes compétences, que nous présente Laurent Foulioux, directeur du MBA spécialisé en Gestion de Patrimoine de l'ESLSCA.

 

Qu’est-ce qu’un gestionnaire de patrimoine ?

Le métier du gestionnaire de patrimoine est de gérer la fortune d’un particulier, son client, avec un objectif clairement défini : préparer sa retraite, réaliser une acquisition immobilière, faire fructifier un portefeuille d’actifs… pour cela, il va répartir les placements sur différents supports : assurance vie, immobilier physique ou papier, support financier, etc.. Il ne s’agit pas d’adopter une logique comptable, mais bien de tenir compte de la situation du client : le gestionnaire de patrimoine est confronté à des problématiques patrimoniales, mais aussi matrimoniales, en tenant compte de la composition de la famille, ou encore fiscales… Enfin, le gestionnaire de patrimoine doit savoir gérer une équipe, voire un centre de profit s’il décide de créer sa propre activité de conseil !

 

Le gestionnaire de patrimoine doit donc multiplier les compétences ?

Non seulement il doit avoir des compétences multiples – financières, fiscales, légales – mais aussi les actualiser en continu en se tenant au courant de la réglementation, qui évolue vers toujours plus de rigueur et de contrôle. Le métier est tout sauf routinier.

 

C’est finalement un professionnel multitâche, un multispécialiste ! On pourrait le comparer à un chef de gare qui gère des équipes, assure le fonctionnement de la gare et les aspects de sécurité, veille à la ponctualité des trains mais aussi à la qualité d’accueil du client…

 

Qui sont les gestionnaires de patrimoine aujourd’hui ?

Aujourd’hui le métier évolue et se renouvelle. Il y a encore quelques années les gestionnaires de patrimoine étaient souvent des personnes en deuxième partie de carrière, après un parcours dans la banque. Aujourd’hui on trouve de plus en plus de jeunes diplômés, armés d’un solide bagage dans de multiples spécialités – par exemple ayant obtenu le MBA Gestion de patrimoine de l’ESLSCA !

 

Justement, quels seront les débouchés des jeunes diplômés ?

Le MBA Gestion de patrimoine forme de véritables spécialistes, qui accèdent à des postes intéressants : ils arrivent sur le marché du travail en tant qu’experts, et non conseillers « de base ». Cela permet de gagner 2 ou 3 ans dans la progression de carrière ! Le plus souvent leurs débouchés seront dans les secteurs de la banque ou l’assurance, surtout en middle ou back office. Les banques et assureurs ont d’importants besoins en conseil et expertise, au sein de structures internes de conseil et de support.

 

Ensuite, dans leur carrière, ils pourront se diriger vers des postes d’actuaire, d’analyste… Les débouchés sont très variés !

 

Dans un métier très réglementés, les programmes de formations doivent être équivalents dans toutes les écoles ? Quelles sont les particularités du MBA Gestion du patrimoine de l’ESLSCA ?

Le MBA de l’ESLSCA apporte aux étudiants une maîtrise parfaite des de la gestion financière, de l’immobilier, des techniques de financement de l’assurance, de la conformité, du droit de la famille de la gestion de la relation client basée sur l’écoute, mais aussi du management… Il intègre aussi un indispensable volet de veille économique, liées aux produits mais également aux évolutions réglementaires.

 

Mais au-delà de ce programme complet, j’ai voulu que le MBA de l’ESLSCA soit aussi l’opportunité pour les étudiants de bénéficier du partage d’expérience de professionnels. C’est pourquoi d’abord, le corps professoral est ainsi composé de praticiens du Droit, du Management et de la Finance qui transmettent leurs expériences en proposant aux étudiants de nombreux travaux en petits groupes. Parallèlement, j’ai voulu ouvrir mon carnet d’adresses, pour faire participer les élèves à des soirées évènementielles, des salons professionnels, etc. Enfin, des « Petits déjeuners du patrimoine » sont organisés au moins une fois par mois : ils accueillent une personnalité de la gestion de patrimoine qui vient expliquer son parcours, sa vision du métier, échanger avec les étudiants…

 

Cela permet aux étudiants de se constituer un réseau, qui leur donnera ensuite accès à des opportunités de stage ou d’emploi.

 

Le MBA Gestion du patrimoine de l’ESLSCA est donc véritablement tourné vers le monde professionnel ?

Et nous continuons à progresser dans cette voie. La prochaine promotion devrait bénéficier d’une marraine prestigieuse, et un partenariat est en cours d’élaboration avec un grand établissement d’assurance… La concrétisation de ces liens a été retardée par le confinement, j’en reparlerai volontiers lorsque cela sera acté !

 

Quelles qualités faut-il pour être un bon gestionnaire de patrimoine ?

Il faut être à l’écoute, ouvert, curieux, aimer apporter une solution. Il faut aussi avoir un profil commercial, être opiniâtre. Enfin, il faut être prêt à s’investir, à être en permanence à l’écoute du marché et de son évolution, de la réglementation. Enfin il faut être cartésien et aimer l’analyse, et avoir une certaine appétence pour les chiffres.

Le MBA spécialisé en Gestion de patrimoine de l’ESLSCA est destiné à des étudiants intéressés à la fois par le monde bancaire, et les aspects humains : la gestion de patrimoine s’installe dans une relation client durable.