Quelles sont les clés du management interculturel ?

Article - Les clés du management interculturel

La mondialisation économique et culturelle a engendré un bouleversement de nos vies en société et au travail. Longtemps, une culture homogène était synonyme de bien-être et d'absence de conflits. Et si la réalité était tout autre ? La diversité culturelle s'est imposée à nous, et ses conséquences sont assez inattendues. Le management interculturel est aujourd'hui utilisé en référence aux problématiques soulevées par la diversité en entreprise. Qu'est-ce que cela signifie concrètement ? Les formations en management interculturel pourraient-elles offrir une solution ? La culture hétérogène est-elle porteuse d'une nouvelle croissance ?

C'est quoi le management interculturel ?

Le management interculturel dans une entreprise signifie la gestion de la diversité culturelle au moyen de stratagèmes divers. Par cette pluralité de techniques, tant la cohésion d'équipe que le respect des cultures sont préservés. La gestion interculturelle anticipe les problèmes que peuvent générer les sensibilités dissemblables de chaque salarié. Le management interculturel favorise la communication et la collaboration entre le leadership et ses équipes.

La délocalisation, les fusions d'entreprises ou encore les créations de filiales rendent fondamentale la communication interne de chaque firme. L'internationalisation des sociétés conduit à une distance hiérarchique comportant des risques interculturels. Le coaching répond à cette nouvelle problématique par l'inclusion de personnes aux mœurs très variées. Les valeurs communes de l'Occident ne représentent plus l'horizon indépassable. Cette adaptation passe par le management interculturel et les ressources humaines de l'entreprise.

Au Japon, dormir sur son bureau est la preuve du dynamisme d'un travailleur. A contrario, ce comportement est signe de paresse en France. En Chine, le cadre jouit d'un profond respect. En Europe, les critiques de son supérieur vont bon train. La sensibilisation et la compréhension de ces différentes éthiques sont l'objectif du management interculturel à l'international.

Les qualités pour manager une équipe multiculturelle

La primauté de l'intelligence émotionnelle est l'assise de la réussite de l'entreprise dans le monde contemporain. L'ouverture d'esprit et l'intérêt pour la diversité sont la pierre de touche d'une inclusion culturelle réussie. Les administrateurs via les nouveaux outils de médiation suscitent un climat de confiance et accroissent la performance des employés.

Les modèles de pensée des pays émergents diffèrent des modèles occidentaux. Les dirigeants d'entreprises internationales se retrouvent souvent démunis face à ces nouveaux référentiels. Quelles sont alors les recettes qui marchent pour un développement à l'international ?

Un coaching personnalisé pour tous

Pour diriger une équipe, le management interculturel s'appuie sur l'individualisation du leadership en fonction du profil de ses collaborateurs. S'ensuivent la connaissance et le respect des différences culturelles au travail propre à chaque pays. En résumé, le management interculturel en entreprise repose sur la compréhension et l'adaptation du patron envers chacun de ses salariés.

Dans les pays asiatiques, tels que la Chine, le Japon et l'Inde, les relations sont très formalisées et il existe un grand respect des distances hiérarchiques. Dans les pays nordiques, aux États-Unis et au Canada, les relations sont généralement moins formelles et le rapport à l'autorité est différent.

La performance du manager résultera donc de sa bonne gestion interculturelle des conflits. La personnalisation du coaching en est la clé.

La sensibilité émotionnelle

La sensibilité émotionnelle se définit par la capacité inhérente à un individu de percevoir, comprendre, maîtriser et exprimer avec justesse une émotion. De plus, il sait appréhender et décrypter les émotions d'autrui. Cette forme d'intelligence transcende les compétences cognitives et intellectuelles conventionnelles. Cette acuité accrue envers les manifestations émotionnelles confère un avantage non négligeable dans la prise de décisions collectives.

Cela implique alors la possibilité d'identifier ses propres émotions, ainsi que de déterminer ses propres besoins. Il s'agit ensuite de les exprimer clairement à autrui. Une personne qui possède une intelligence émotionnelle discerne aussi les émotions d'autrui et réagit en conséquence. Cette habileté se manifeste par une modulation de sa voix ou de son expression corporelle en fonction de l'interlocuteur. Elle suppose également la capacité à se mettre à la place d'autrui, d'écouter avec attention.

La qualité empathique est capitale dans le management interculturel des ressources humaines. L'ouverture d'esprit et l'intelligence émotionnelle sont primordiales pour une gestion réussie. Une qualité d'écoute et de compréhension révélera les aspirations de chacun des employés. En prime, les négociations en ressortiront plus simples et plus fructueuses.

Un climat de confiance

La motivation d'une équipe multiculturelle marche de pair avec la cohésion d'équipe. L'objectif premier du manager est l'implantation d'un esprit d'équipe au sein des locaux. La confiance de ses collaborateurs est un bien précieux. Pour la conquérir, l'exemplarité associée au respect des règles sont ses meilleurs alliés. La préservation de cette probité passe par la qualité d'écoute et la gestion interculturelle.

Pour invisibiliser la distance hiérarchique, une stratégie de bienveillance prouvera l'intérêt porté à la culture de chacun. Les préjugés racistes ou culturels sont naturellement bannis des murs de la société. Le respect des différences culturelles est la nouvelle valeur commune. Enfin, des feedbacks positifs sont indispensables au renforcement du climat de confiance.

La communication contre les risques interculturels

Une communication efficace est essentielle pour tout manager. En particulier pour diriger une équipe multilingue et multiculturelle. Un dialogue clair évite les malentendus et améliore la compréhension des consignes. La performance de l'entreprise n'en est que plus optimisée.

Le management interculturel favorise la communication orale plutôt que l'écrit. La compréhension mutuelle est alors immédiate. Par le dialogue, la précision des directives réduit les risques interculturels.

L'organisation d'entretiens individuels réguliers optimise la compréhension des besoins et les difficultés rencontrées par les salariés. Le management interculturel en entreprise passe donc par un rapprochement des individus, tant d'un point de vue éthique que physique.

La formation par la valorisation

Un bon management est un bon coaching. Encourager son équipe et l'aider à progresser sont les deux bases de la réussite. Comment y parvenir ? Par le retour d'informations et la congratulation des objectifs atteints. Ensuite, souligner les domaines à améliorer. Le développement des compétences et la planification de carrière sont également des aspects clés. La stimulation de vos collaborateurs déclenchera une croissance de leur performance.

La complémentarité est une chance

La gestion d'une équipe multiple comporte des risques interculturels facilement surmontables. Les bénéfices sont réels, mais adapter sa gestion de management demeure primordial. Chaque individu apporte avec lui une vision, des connaissances et des compétences uniques. La diversité des parcours et des expériences professionnelles internationales est source d'innovation pour l'entreprise.

L'importance de solliciter l'intelligence collective prend ici tout son sens. Les décisions stratégiques d'une entreprise impliquent une connaissance de sa diversité salariale. En bonus, cette variété renseigne sur les perspectives de consommation internationales et renforce la compétitivité de l'entreprise.

Il s'avère donc judicieux de valoriser les forces et le potentiel de ses partenaires par une gestion interculturelle.

La collaboration comme stimuli

Préserver une cohésion harmonieuse et une forte solidarité entre les membres de son équipe est un objectif fondamental. Les difficultés interculturelles, sans inclusivité, engendrent des conflits et nuisent à la dynamique de groupe.

Le manager agit en tant que médiateur et s'assure de l'équité du traitement de chaque subalterne. L'instauration de pratiques et de valeurs communes témoigne d'une efficacité confirmée dans une optique d'inclusion culturelle.

Le management interculturel donne l'opportunité de mettre en place des activités qui renforcent la collaboration. La valorisation de la culture de chaque salarié est ensuite bien plus simple.

Pourquoi l'entreprise doit-elle se doter d'une stratégie de management interculturel ?

Le monde actuel est marqué par des échanges incessants et une mobilité constante. La révolution numérique a tout bouleversé. Pour survivre, l'entreprise doit s'adapter à cet environnement en devenant un terrain d'expression interculturelle. La mondialisation a créé une demande de profils plus mobiles et plus diversifiés. La société doit répondre à ces nouvelles exigences. Il est donc indispensable de mettre en place une politique de gestion interculturelle au sein de l'entreprise. Cela ne signifie pas simplement accepter les différences, mais chercher à en tirer profit en faisant de la diversité une véritable force.

Le monde professionnel actuel est caractérisé par la fluidité. Les entreprises ne peuvent plus ignorer les défis interculturels, prenant parfois une dimension intergénérationnelle. Il est essentiel que les entreprises adaptent leur gestion en conséquence. La gestion interculturelle est le principal vecteur de toute stratégie de management interculturel réussie. Le monde de l'entreprise doit valoriser la diversité humaine pour en faire un atout plutôt qu'un handicap. L'adoption du management interculturel en entreprise ouvre la voie aux talents de personnes issues d'horizons variés. Le choix de cette stratégie constitue un avantage compétitif. La transformation de la diversité culturelle en une force est donc un objectif premier.

Pour réussir la transformation de son entreprise, l'adoption du management interculturel et la gestion des différences s'avèrent primordiales. La diversité des compétences et des employés constitue un avantage concurrentiel. À condition, naturellement, que le coaching soit correctement géré. Cela implique une adaptation aux différentes cultures et une volonté d'écoute, de respect et d'ouverture d'esprit.

La gestion interculturelle repose sur la connaissance des codes sociétaux des pays de ses collaborateurs. L'échange et la reconnaissance des valeurs de chacun sont un premier pas. Adapter son message et ses actions en fonction de ses clients en est un deuxième. Si l'entreprise parvient à valoriser les richesses humaines, elle attirera des talents venus de tous horizons. Grâce à cette diversité, le rayonnement de l'entreprise à travers le monde lui profitera à travers une nouvelle croissance économique.

Cet article vous a convaincu ? Vous souhaitez vous renseigner sur un coaching adéquat avec le monde aujourd'hui ? Informez-vous sur les formations de Bachelor marketing, pour un leadership en phase avec son temps !

Ces articles peuvent vous intéresser

Comment aborder la digitalisation des entreprises

A/B testing : qu'est-ce que c'est et comment en créer un ?

Quels sont les 6 métiers du numérique les plus demandés ?